Choisir un prénom féminin!

Choisir un prénom féminin (si ce n’est pas déjà fait … ou en changer)

5 août 2012,publié par Julie Mazens,sur le site txy

 

Comme le dit ce vielle adage, « Ce qui n’a pas de nom, n’existe pas… » ! Ainsi lorsque votre féminité évolue, notamment du travesti pulsionnel à la travestie assumée voir transgenre, un besoin irrésistible apparait : celui de symboliser cette existence toute nouvelle par un joli prénom qui vous va si bien.

Le prénom, c’est un reflet extérieur qui donne aux autres une idée de notre moi intérieur quand on se présente à eux.

Et puis dans l’inconscient collectif, certains traits de caractères sont assimilés à certains prénoms (à tort ou à raison, on se le demande) … il suffit de voir la prolifération des sites internet pour vous aider à choisir le prénom d’un enfant (nous ne vous ferons pas l’injure de vous donner des liens … google est mon ami).

Basé sur quelques conseils de simple bon sens, nous avons écrit ce petit billet pour aider, celles qui ne l’ont pas encore fait ou celles qui veulent en changer, à se choisir un prénom féminin qui vous ressemble et qui accessoirement va vous définir dans votre nouvelle vie !


Bien choisir son prénom

Bon votre féminité démarre dans la vie. A l’instar du nouveau né, il va falloir vous choisir un prénom qui représente votre moi intérieur. Petite différence avec un nouveau-né, mais pas des moindre : c’est à vous de le choisir ! en votre âme et conscience:). Puis de l’assumer …

Et si il ne devait y avoir qu’un seul conseil dans ce billet, ça serait celui-ci : vous devez choisir d’abord votre prénom par un coup de cœur, parce qu’il “sonne” bien et vous correspond. Après vous pouvez toujours chercher la signification et l’origine de ce prénom, c’est toujours enrichissant. Nous donnons quelques pistes plus loin sur la sociabilité d’un prénom ou quelques critères supplémentaires.

Premier travers dans le choix d’un prénom, travers à connaitre pour l’éviter tant que faire ce peut : en tant que travestie, nous avons souvent tendance à choisir un prénom très (trop) “féminin”, et donc qui finit par -a ou -ine. C’est certainement une forme de réaction ou de compensation de notre masculinité résiduelle, comme celle de mettre des porte-jarretelles ou une mini pour aller faire ses courses à la supérette …

Le problème supplémentaire des prénoms finissant par -a, c’est que tous les travestis compulsionels et fantasmeurs s’appellent erika, sandra, barbara, nikita, … donc prénoms préférablement à éviter sauf si le travestissement n’est que votre seul objectif.

Sachez aussi que votre féminité peut / va progresser au point où vous pourriez être amenée à envisager un changement d’état civil. Il serait dommage d’avoir à changer à nouveau votre prénom parce que vous aviez choisi Lachaude, Ladytrav, Veronika, ou tout autre pseudonyme un peu trop typé …

Dernier conseil, mais non des moindres, évitez de vous donner le prénom de toute femme très proche dans votre cercle familial (votre femme, la meilleure amie de votre femme, votre maman, votre grand-mère, votre sœur ou votre fille, …).  Cela pourrait singulièrement compliquer un futur coming out …

Et l’inconscient dans tout ça ?

Plusieurs études prouvent qu’il existe une réelle influence psychologique inconsciente des prénoms notamment concernant l’estime de soi, la vision positive de l’autre sur vous ou encore sur votre “désirabilité sociale”.

Estime de soi

Il existe plusieurs critères d’auto-appréciation d’un prénom : le fait qu’il soit de sonorité agréable et de prononciation aisée, le fait qu’il soit court à écrire ou qu’une personne aimée le porte également. C’est donc l’existence d’une corrélation positive entre l’appréciation de son propre prénom et l’estime de soi.

Plus récemment, il a été montré qu’à l’estime de soi s’ajoute aussi la satisfaction dans la vie, une humeur plus positive, une plus grande proportion de temps à être heureux.

Renforcement positif par l’autre.

Le prénom est le premier élément d’information que l’individu donne sur lui-même à autrui. Le prénom est donc une variable sociale qui fait l’objet d’un traitement et d’une évaluation, souvent inconscients, par l’autre.

Ainsi, un des principaux critères d’appréciation est la sonorité lors de la prononciation. certains prénoms accrochent bien : et vos ami(e)s y associent inconsciemment des valeurs positives.

Désirabilité sociale.

Plus un prénom est fréquent, plus il sera apprécié car la familiarité engendre souvent la préférence dans un groupe. Vous pouvez par exemple vérifier que votre prénom est largement usité dans votre année de naissance.

Vérifiez aussi si votre prénom se prête facilement à des diminutifs (n’est-ce pas JuJu …) car le diminutif comporte une réelle coloration affective souvent particulière.

En conclusion sur la sociabilité de votre prénom

N’hésitez pas à tester votre prénom auprès de proches, d’amies et de leur demander leur avis sur leur perception selon les différents critères (sonorité, positivité, familiarité, …).

Puis consultez des sites comme http://www.signification-prenom.com/ ouhttp://www.quelprenom.com/ pour vérifier qu’il n’existe pas de connotation trop négative ou de traits de caractères associés trop éloignés de votre personnalité féminine ressentie.

D’autres pistes pour choisir son prénom ?

Si vous n’avez vraiment toujours aucune idée à ce stade du billet ou si cela vous parle au fond de vous, peut être vous faut-il demander tout simplement à … votre mère. Avant de connaitre votre sexe, elle aura vraisemblablement choisi un prénom féminin pour votre naissance. Soyez prête néanmoins à lui expliquer (coming out ?) le pourquoi d’une telle demande …

Autre possibilité pour choisir un prénom, et bien que cela ne soit pas toujours possible : féminiser son prénom de garçon ou son deuxième prénom. Par exemple Cyril deviendra Cyrielle, ou Stéphane deviendra Stéphanie. Ou garder votre prénom si il est mixte comme Camille. Mais évitez Roberta si vous vous appelez Robert …

Le problème de cette approche est l’inconvénient de l’avantage : il ne marque aucun changement radical. Personnellement, c’est une approche que je vous déconseille car si cela peut vous permettre de dire à votre famille ou à vos amis que la personne en vous est toujours là, psychologiquement, vous aurez du mal à marquer votre différence.

Vous pouvez aussi vous mettre quelques contraintes dans le choix de votre prénom. Comme le fait de garder la première lettre de votre prénom de garçon parce que vous adorez signer avec cette lettre dans vos correspondances et que vous souhaitez garder la dynamique de cette signature.

Et un nom de famille ?

En plus d’un prénom, vous pouvez en profiter pour vous attribuer aussi un nom de famille différent de celui que vous portez en tant que garçon. Ça peut être l’occasion de faire (re)vivre le nom d’un de vos grands parents.

Ainsi, pour une raison toute personnelle,j’ai pris le nom de jeune fille de ma mère. C’est un élément important de ma construction féminine. Et ce nom fait un tout avec mon prénom ! il est porteur d’une histoire familiale qui m’est chère.

D’ailleurs, dans vos tests de sonorité et de musicalité, juxtaposez toujours votre prénom et votre nom, dans un sens comme dans l’autre. L’ensemble doit être agréable à l’oreille, facile à prononcer et harmonieux. Pour un nom de famille très long, mieux vaut choisir un prénom court. Pour un nom court, vous avez plus de possibilités.

Et pensez à votre futur lorsque vous devrait parapher sans doute toutes sortes de documents et de contrats (à commencer par votre nouvelle carte d’identité) … Évitez les initiales du genre : Pauline Delorme, Pauline Quattro, Sophie Muller, Katie Klaxon ou Wendi Charlot …

Et ensuite ?

Prochaine étape, mettez votre nouvelle identité sur votre boite aux lettres … car quel plaisir que de recevoir des correspondances et même de la publicité sous votre identité féminine :) ! Attention quand même aux recommandés – pas facile d’expliquer au facteur qu’il vous faut enfiler votre perruque pour signer son récépissé !

Et un jour ça pourrait vous servir dans le cadre de la procédure de changement d’état civil. Pouvoir prouver que votre utilisation de votre identité féminine de date pas d’hier, cachet de la poste faisant foi !

Dernière petite remarque : si cet article vous a donné envie de changer de prénom féminin, et quelque en soit la raison, alors n’hésitez pas un instant ! vous êtes totalement libre de votre choix, profitez en !

Voili.

Rendez-vous sur Hellocoton !
%d blogueurs aiment cette page :